Conférence, expositions

Vendredi 8 janvier 2010 5 08 /01 /Jan /2010 14:50
daniel-t.gif
Trois points sur une signature en bas d’un acte : Un ancêtre franc maçon ?

Peut-être pas ! Mise en garde sur les fantasmes familiaux à ce sujet !


Peut- être ! Comment alors peut on le retrouver parmi les sources d’archives, publiques ou maçonniques.  Quelle loge, quel grade, ses activités maçonniques ?

 



De la Bibliothèque Nationale aux Archives Nationales et départementales ainsi qu’aux archives des obédiences maçonniques voire aux fonds privés, quelles pistes suivre pour confirmer une supposition, au vu d’un texte portant tel ou tel signe, ou une transmission orale familiale ?


Daniel Troublé répondra à toutes ces questions lors d'une conférence le samedi 9 janvier à 14 heures 30 salle Jacques Rapin -Cité administrative à Meaux 77100

 

Par Union Généalogique Francilienne - Publié dans : Conférence, expositions - Communauté : Généalogie en France
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 18 décembre 2009 5 18 /12 /Déc /2009 17:34
archives departement-78

"Votre généalogie"

pour découvrir cette nouvelle passion

le Cercle Généalogique de Versailles et des Yvelines

www.cgvy.org

 

vous invite à une conférence

"Initiation à la généalogie"

comment débuter, les bonnes pistes, les écueils …

 

le samedi 9 janvier 2010 à 15 heures aux

Archives départementales des Yvelines

2 avenue de Lunca

78180 Montigny le Bretonneux

www.archives.yvelines.fr


A partir de 14 heures

vous pourrez admirer les travaux

de Sandie COLOMBET

enlumineur

 

et

 

l’exposition YVELINE, YVELINES...
un territoire de tradition et d'innovation

La naissance du département des Yvelines
par François Boulet, Professeur agrégé, docteur en histoire

Par Union Généalogique Francilienne - Publié dans : Conférence, expositions - Communauté : Généalogie en France
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 décembre 2009 5 04 /12 /Déc /2009 19:08


Conférence de Jean-Michel Derex dimanche 13 décembre

 

A 15 h dans la salle des vignes( avenue de Montigny) à Crouy-sur-Ourcq, l’ASBVO (‘association de sauvegarde de la basse vallée de l’Ourcq) et l’association “Au fil de l’Ourcq” (regroupement de société d’histoire et d’environnement de Bondy à Marolles (site aufildelourcq.org) vous invitent à venir assister à la conférence de Jean-Michel Derex, intitulée les marais, source de convoitises”., historien spécialiste des zones humides, président du Groupe d'Histoire des Zones Humides (GHZH),

 

Jean-Michel Derex a publié

Le grenier de Paris. Histoire de la Brie, du Multien et de la Goële.

Histoire du Bois de Vincennes, La forêt du roi et le bois du peuple de Paris

Gestion de l’eau et des zones humides en Brie (fin de l’ancien régime, fin du XIXème)

Histoire du Bois de Boulogne, Le bois du roi et la promenade mondaine de Paris



Illustration  : Hélène COLIN-LEFRANQ, Le retour du marais en pays poitevin,

huile sur toile, coll. Musées de Niort, cl. B. Renaud



Par Union Généalogique Francilienne - Publié dans : Conférence, expositions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 16 novembre 2009 1 16 /11 /Nov /2009 19:03

Hôtel de Soubise
60, rue des Francs-Bourgeois
75003 Paris
du 18 novembre 2009 au 15 février 2010



Paris, 1790-1792. Les prisons regorgent de détenus. L' Ancien Régime a vécu, les scellés ont été apposés sur les juridictions abolies, mais de nombreux procès restent pendants.

Chaque jour qui passe voit s'ouvrir de nouvelles affaires, car, dans une capitale en plein bouleversement révolutionnaire, le crime ne s'arrête pas !

        voir
Par Union Généalogique Francilienne - Publié dans : Conférence, expositions - Communauté : Généalogie en France
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 16 novembre 2009 1 16 /11 /Nov /2009 15:16


QUI A TUÉ

LA DAME DE COEUR ?


Philippe Charlier, Médecin légiste

 


 

Figure de proue du début de la Renaissance française, Agnès Sorel (1422-1450) fut la maîtresse officielle du roi de France Charles VII. Merveilleusement belle, mais aussi pétillante d’esprit et fine conseillère, elle transforma radicalement le règne de son amant en le poussant à lutter contre l’envahisseur anglais et inculqua un véritable renouveau artistique à la Cour et dans son entourage propre. De nombreux artistes nous ont laissé la preuve de son redoutable charme, notamment Jean Fouquet qui l’a dépeinte sous les traits de la « Vierge de Melun », actuellement au musée d’Anvers.

Venue avertir le roi d’un complot le visant, elle mourut brutalement et prématurément en 1450. Le décès était trop brutal (un « flux de ventre » nous rapporte l’historien Jean Chartier, témoin des évènements) et le personnage trop romanesque (et les esprits trop passionnés ?) pour que l’on n’évoque pas l’idée d’un empoisonnement. Ce n’est que 555 ans après cette mort suspecte qu’un groupe de 22 chercheurs provenant de 18 laboratoires a réussi à percer le mystère, une fois pour toutes.

En effet, en septembre 2004, le Conseil général d’Indre-et-Loire fit transporter, pour des raisons muséographiques, le gisant d’Agnès Sorel depuis le Logis Royal de Loches jusqu’à la Collégiale Saint Ours. Mais sous la pierre tombale se trouvaient encore les restes de la Dame de Beauté, et il fut décidé d’en réaliser, dans l’intervalle de six mois, une étude scientifique complète. Les questions posées étaient au début très simples : s’agissait- il véritablement des ossements d’Agnès Sorel ? Quelles étaient les causes exactes de son décès ? Quel était son état de santé et d’hygiène corporelle, notamment en ce qui concernait l’épilation des cheveux et des sourcils fréquemment observés sur les peintures la représentant (Jean Fouquet) ?

Examens radiographiques, botaniques, microscopiques, génétiques, véritable fouille archéologique doublée de recherches en archives, à l’issue de multiples heures de travail, le résultat des chercheurs fut bien supérieur à leurs attentes. Plus que la reconstitution des derniers moments de cette favorite royale possédant des terres et châteaux des bords de Loire aux bords de Marne, c’est une évocation complète de son existence et de son mode de vie qui fut possible. Quel fut ce flux de ventre qui l’emporta ? Comment son corps fut-il embaumé, et d’ailleurs pourquoi embaumaiton alors les cadavres ? Que sait-on de son quatrième et dernier enfant ? C’est à l’ensemble de ces questions que l’on répondra.


Mardi 17 novembre à 20 h 30 à l'Espace culturel Luxembourg à Meaux
2 rue Cornillon
dans le cadre des RDV du mardi des Archives départementales de Seine et Marne

 

 

Par Union Généalogique Francilienne - Publié dans : Conférence, expositions - Communauté : Généalogie en France
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés